Étant à genoux devant toi, avec tes testicules dans ma bouche, ma langue se promenant autour. Je décidais que l’heure de ma vengeance était arrivée. Je me levais et j’allais chercher quelque chose dans ma chambre en t’ordonnant de rester là.

Lorsque je revins, j’avais deux foulards à la main.Je pris tes poignets et les ligota.
Je revins devant toi. J’enlevais mon chandail en me donnant en spectacle. Je déboutonnais mon jeans. J’allais derrière toi. Je collais mes seins contre ton dos. Je te bandais finalement les yeux. Je caressais ton pénis en léchant ton oreille. Puis, je partis un instant, te laissant seul dans le noir, totalement nu dans ma cuisine.

Tu entendis la douche se mettre en marche. Tu te mis à m’imaginer, complètement nue sous la douche. L’eau coulant sur ma peau douche, le savon glisser sur mes seins et mes fesses. Lorsque je revins, tu ne m’entendis pas, trop pris par tes pensées perverses.

Je découvris ce que ces pensées avaient entretenues pendant tout ce temps : une érection magistrale. Sans bruit, je m’approchais de toi. Tu ne sentis qu’un léger frottement de ma langue sur ton gland très sensible. J’ouvris la bouche très grande pour que tu ne sentes pas que j’introduisais ton pénis à l’intérieur de ma bouche. Tout ce que tu sentis, c’était mon souffle chaud contre ton sexe. Soudain, tu sentis ma bouche se refermer et englober tout ton pénis. Je commençais des va-et-viens très lents. Mes mains allèrent et vénèrent sur ton torse et sur tes cuisses.

Je commençais à malaxer tes testicules. Je ressortis ton pénis en gardant seulement ton gland dans ma bouche. Tu sentis ma langue s’enrouler autour. Tu poussas un soupir.

Je retirais ton gland et le collais contre ton ventre, ce qui dégagea tes deux testicules. Je commençais à donner des coups de langue dessus en caressant ton gland de mes doigts agiles. Je pris tes testicules dans ma bouche. Je fis aller et venir mes lèvres et ma langue, ce qui t’arracha des gémissements de bonheur. Tout en faisant cela, je te masturbais de plus en plus vite. Je sentais ton coeur battre dans ton sexe, devenu carrément énorme.

J’arrêtais tout. Je commençais à enlever ma mince robe et, bien sur, tu ne voyais rien. Tu ne pouvais que le deviner, car je laissais tomber ma robe sur toi. Je détachais mes longs cheveux et ensuite je passais derrière toi. Je me collais tout contre ton dos. Tu sentais mes deux gros seins fermes nus dans ton dos, Je flattais ton torse, tes lèvres. Je pris ta tête et la tournais vers moi. Je déposais mes lèvres chaudes contre les tiennes. Nos langues s’enroulèrent.

Finalement, je détachais tes mains. Je t’ordonnais de rester assis. Je reviens devant toi. Je passai mes cuisses de chaque côté de toi. Tu sautas sur mes seins dès que tu le pus. Je sentis tes lèvres sur ma peau.

Soudain, je pris ton pénis et le dirigea vers ma chatte. Tu sentis mon vagin étroit et chaud autour de ton pénis. Je commençais des va-et-viens. Je sentais ton bassin essayer d’accélérer le rythme.

Tu me pris par les cheveux et les tiras vers l’arrière pour dévoiler un peu plus ma poitrine. De l’autre main, tu enlevas ton bandeau. De voir ma poitrine ainsi offerte à toi te fis jouir très fort. Je jouis en même temps que toi.

On s’embrassa fougueusement et se promit de recommencer bientôt.

Elle entre dans la salle de bain,
Pour se maquiller,
Elle jette un œil à travers la vitre,
Pour me regarder,
Elle enlève son peignoir blanc,
Pour me retrouver,
Elle pénètre sous la douche,
Pour me dévorer,
Elle s’agenouille lentement,
Pour me sucer,
Elle me saisis et me branle,
Pour m’exciter,
Elle avale ma queue tendue,
Pour me provoquer,
Elle me pompe sans relâchement,
Pour me déverser,
Elle boit mon sperme laiteux,
Pour me gâter,
Elle me lèche, docile,
Pour me nettoyer,
Elle se relève et sort,
Pour se préparer,
Elle me laisse ainsi, rompue,
Pour mieux me reprendre après.

Il était là seulement pour le jardin mais il n’a pas pu pas résister à la propriétaire et à l’envie de lui jardiner sa chatte !

Après avoir bien tâter la marchandise, de la bouche en passant par le cul, il dégaine enfin son engin pour lui arroser au maximum sa grosse bouche de suceuse et sa poitrine généreuse !

Et pour finir, il lui enfournera sa fourche pour qu’elle se rende que jardiner c’est du travail et que cela fait bien transpirer !

J’étais avec mon copain depuis quelques mois et je désirais vraiment avoir une relation sexuelle avec lui mais j’estimais ne pas être encore prête.
J’aimais déjà les sex toys et me donner du plaisir seule.
J’avais déjà utilisé toutes sortes d’ustensiles pour entrer dans ma petite chatte (marqueur, bâtons de colle, god …)
j’aimais tout ce qui était gros et qui avait du mal a rentrer.
Nous nous étions déjà touchés l’un, l’autre.
J’aimais lui lécher la queue.
Je mettais tout un tas de produit dessus.
Une fois je l’ai sucé avec de la chantilly.
Je sentais l’odeur de son sexe chaud et dégoulinant de crème et je léchais encore et encore en sentant la crème dégouliner de ma bouche.
Un jour, nous chahutions et pour me montrer son agacement, il se mit à me chatouiller.
J’étais sur le dos et lui sur moi, il me toucha les seins et souleva mon t-shirt et écarta mon soutien gorge à la recherche de mon mamelon tendu et dur qu’il gouta et mordilla.
Soudain, il me plaqua et descendit ses doigts vers ma chatte.
J’étais en jean et je sentais sa main sur le tissu, au dessus de mon string.
Et la je compris que j’étais enfin prête, l’excitation me gagna.
Une chaleur m’envahit et je défis les boutons de mon jean.
Je sentis sa main écarter doucement mon string à la recherche de mon orifice.
Je sentais que ma chatte commençait doucement à mouiller tandis qu’il jouait avec mon clitoris.
Il le tripotait et moi je criais doucement de plaisir.
Je sentis tout a coup ses doigts rentrer en moi. hummm
j’aimais cette sensation et lui aimait me voir prendre du plaisir.
Je soulevais alors le ventre, descendis mon jean et lui offris ma chatte.
Il se mit alors à la lécher tout en m’enfonçant ses doigts de plus en vite.
Je trouvais ça agréable mais je préférais avoir une plus grosse chose à offrir a mon trou.
Je savais qu’il bandait déjà mais je le vis que lorsque que j’ouvris son pantalon sans le baisser et en ecartant son caleçon.
Lorsqu’elle fut libérée, elle se tendit face a moi.
Je pus alors la lécher et la sucer doucement pendant que mon homme s’occupait de moi.
Alors qu’elle était pleine de bave et bien dégoulinante (et assez excitante pour moi)
je ne pus tenir plus longtemps tellement j’étais excitée et impatiente.
J’approchais ma douce petite chatte de sa queue et il s’enfonça directement en moi.
Hummm c’était si bon d’enfin avoir le sexe d’un homme en moi.
Il savait très bien s’y prendre et me pilonna de force car il savait que mes cris venaient de mon envie d’être défoncée purement et simplement.
Il enlevait de temps en temps sa queue a la recherche de mon clito en balançant sa queue a l’entrée de ma chatte.
Je sentais qu’il aimait être dur et méchant et il accéléra.
mon corps ballotait.
On poussa tout les deux un cri de plaisir et de jouissance lorsqu’il se retira pour éjaculer sur ma chatte.
Tant de liquide juteux me fit dire que ma premiere expérience etait certainement reussie et la promesse d’une prochaine vie sexuelle étonnante. (j’en mouille encore aujourd’hui !)

Fans de lesbiennes, accrochez-vous parce que celles-ci sont les plus grosses chaudasses du web !

En pleine canicule, elles ne peuvent plus retenir leurs corps plein d’œstrogène ! L’éventail ne suffisant plus pour les refroidir, elles se rapprochent doucement physiquement dans leur chambre d’hôtel louée pour leurs vacances au bord de la mer !

Après quelques léchouilles sur les nichons, elles se broutent le minou avec intensité chacune leur tour !

Puis pour imiter Sharon Stone dans Basic Instinct mais de façon sexy, elles ont acheté un god transparent en forme de pic à glace pour se défoncer la chatte et le cul !

La sodomie fait même presque mourir de plaisir la belle petite blonde cochonne !

Souvent le soir quand je sors de ma douche je pense à son Sexe

Mmmh, quel delice rien que de l’imaginer alors il me vient l’idée d’être coquine
Je m’habille très sexy, pas provocante, juste ce qu’il faut, juste ce qu’il aime
Une petite tenue qui cache mon sexe et mes seins mais pas mes formes, je choisis ma petite souberette noire et je mets des bas blancs et mes chaussures à talons. Je reviens dans le salon, il joue au tarot sur internet, je m’assieds sur le canapé m’allume une cigarette, il me regarde, ses yeux brillent, il arrête de jouer et vient prés de moi, je l’embrasse doucement sensuellement, je me leve, il me demande où je vais, je ne dis rien, je me penche un peu en avant et il s’apercoit que je ne porte pas de culotte ni de string, je prends ma place au bureau, je retourne la chaise face à lui,
il me regarde, me dévore du regard, il ne sait pas encore ce que je vais faire.
Face à lui, je commence à me caresser le cou, descendant sur ma poitrine généreuse, il me regarde, je vois le désir dans ses yeux,
il se lève, s’approche de moi, me touche juste un peu mais je ne veux pas, je veux lui donner du plaisir, je me lève, lui retire son tee-shirt, il est en boxer moulant ! J’adore ! Une bosse se fait voir rien que pour moi,
je me rassieds sur ma chaise, il se met face à moi, je descends son boxer, en le couvrant de baisers sur son torse,
son sexe est dur, le desir grandit en lui.
Ma bouche descend à sa verge, ma langue se pose sur son gland, hum une goutte, je la prends du bout de ma langue, il aime ca, je lui lance en meme temps quelques regards très coquins, ma langue parcourt son sexe, descend à ses testicules, ma langue trés coquine continue, ma bouche s’ouvre un peu plus et aspire ses testicules, ma langue tourne autour, mon index carresse son gland … En même temps
je fais tourner ses testicules dans ma bouche, je deviens gourmande.
Ma bouche remonte le long de sa verge toujours dure, lechant chaque partie de son sex en n’oubliant aucune partie, ma bouche arrive enfin à son glan d, quel delice ce petit jus d’exitation.
Ma langue caresse son gland, le parcourt, joue avec ma bouche, le prend bien en bouche et ma langue continue d’etre coquine,
il aime ça, il me le dit, me caresse les cheveux, je commence à descendre de plus en plus pour avoir son sexe entier dans ma bouche, ma langue continuE en meme temps de jouer, cachée, ne lui montant pas de quoi elle est la capable la coquine.
Je gémis de plaisir, mon sexe devient de plus en plus humide, je raproche mon sexe de sa jambe et me frotte à lui comme une chatte en chaleur.
Ma bouche commence des vas et viens qui se prolongent, ma bouche l’aspire,
je vais de plus en plus vite, je m’excite et lui aussi, il désire me prendre mais je veux qu’il jouisse dans ma bouche,
alors je continue, continue, remonte à son gland, le dévore sans lui faire mal, que de la douceur, de la sensualité.
Il me tient la tête, je sens qu’il va jouir,
Hum… ce jus rien que pour moi, je l’avale, je n’en laisse pas perdre une goutte, je veux tout avaler.
Ma langue nettoie son sexe, il ne reste rien,
tout était pour moi.

Je marchais pour me rendre chez moi après l’école car j’avais raté le bus…
J ’étais une petite étudiante en uniforme, ce qui veut dire la petite chemise blanche, la jupe carottée, les bas qui montent au genou et les petits souliers.
Il se mit à pleuvoir d’un coup sec, et je devins vite trempée … j’étais encore loin de chez moi … c’est alors qu’une auto s’arrêta à côté de moi … à l’intérieur, un beau militaire qui se pencha et me dit :

 » Je te fais un lift ?! « 

La petite étudiante que j’étais le trouvais très craquant et décidais donc d’embarquer volontiers, je ne cessai de le regarder, il m’excitait vraiment ! J’en mouillais mes cuisses, car je ne portais pas de sous-vêtements et c’est pour cette raison que le militaire a remarqué mes petits seins qui ont durci avec la pluie fraîche qui coulait sur moi. Je me tournais vers lui et plein d’images me passaient par la tête, que des images obscènes qui me hantaient et me poussaient à commettre des gestes ! C’est alors que je mis ma main sur sa cuisse, et commençais à monter vers le membre désiré, et le touchais sans gêne … il était déjà prêt … il avait vraisemblablement les mêmes idées que moi ! Je dézippais son pantalon kaki et le pris toute dans ma bouche et me mis à le sucer comme personne ne l’avait jamais fait ! Le militaire était surpris et très excité … il avait envie de me prendre là … toute de suite sur la banquette arrière ! Je le suçais durant un bon moment, ensuite j’arrêtais, le regardais, lui fit un sourire, pris la main droite du beau mec et la glissais sous ma jupe … il sentit mon excitation … il touchait mon excitation ! Je ne demandais que du plaisir ! Il avait compris et c’est pour cette raison qu’il se gara dans un parking désert, derrière un édifice, je me couchais sur la portière pour qu’il ait ma chatte bien en vue…je me mis à me caresser en le regardant droit dans les yeux et lui dit :

 » Allez…prends-moi, c’est un ordre ! « 

Il me fit un petit sourire, et avec ses longs doigts très excitants me fit signe de venir s’embarquer sur son membre très dur !
Il recula son siège et vit mes yeux brillants qui le dévoraient du regard ! Je m’embarquais sur lui, et les va-et-viens commencèrent, il détacha ma chemise pour pouvoir goûter à mes petits seins toujours durs ! Juste la vue de ce mec me faisait capoter, qu’il soit militaire m’excitait tout autant ! On baisa intensément en laissant nos petits cris de jouissance s’échapper de nos bouches … je n’en pouvais plus de me retenir, je jouissais … Je sentis que mon étalon ne pourrait pas se retenir bien longtemps non plus ! Je changeais de siège et me penchais sur sa queue toujours aussi dure qui allait exploser, je ne la mis pas complètement dans ma bouche, mais tout près, je le flaubais un moment et … il me vint dans le fond de la gorge, ne laissant qu’une toute petite trace sur mes lèvres pulpeuses. Avec ma langue, j’allais vite la récupérer !
Ces petits cris en jouissant étaient d’autant plus excitants ! Lui, n’ayant pas pu goûter à ma fleur décida de le faire maintenant, alors que j’étais sensible et donc plus susceptible à un autre orgasme, il me coucha doucement sur la banquette arrière et se pencha pour lécher ma petite chatte bien rasée … j’avais les pommettes rouges et sentis la jouissance monter en moi.
Dans les quelques minutes qui suivirent, je jouissais comme jamais avant … le militaire passa sa langue partout et en ressortit le visage tout mouillé !!! Comme ça avait été bon … je décidais de lui refiler mon numéro … et je n’attendis pas très longtemps pour qu’il me rappelle !
Cela avait été un fantasme pour nous deux !